L'Amérique du Nord en Tricycle Couché

Départ et arrivée

Alex.

 

Par avance désolé mais nous n’avons fait quasiment aucune photo de cette journée.

12 avril.

Dure journée, levés à 5h, nous passons chez mon grand-père pour récupérer les vélos, le temps de tout charger et c’est le départ pour l’aéroport.

Nous voilà rendus avec 4 chariots.

L’organisation de Air transat et très très loin d’être optimale. On se retrouve avec tout notre bordel dans la file d’attente, les bagages sont trop gros pour être pesés, la caisse du chien ne passe même pas sur le tapis car elle est trop grande, et on se retrouve à devoir laisser toutes nos affaires en plein milieu des guichets pour aller payer les vélos, mais à un autre comptoir.

Au final, il nous faudra 3h30 rien que pour l’enregistrement de tous les bagages, vélos et Boyd compris. Et encore, nous n’avons pas nos remorques et matos de camping, que nous avons expédiés 1 semaine plus tôt par cargo car trop volumineux.

Dernières photos avec notre comité de soutien qui a l’air très heureux… (le fait d’avoir levé tout le monde à 5h y joue peut être…).

DSC08583

 

 

Le vol se passe plutôt bien, mais c’est long. Avec le décalage horaire, nous arrivons 2 petites heures après être partis.

Et nous voilà partis dans la joie et la bonne humeur dans le dédale des douanes…

1ère étape : le petit guichet où, après un entretien sommaire, nous avons droit à un gros coup de marqueur rouge sur notre déclaration (préalablement remplie dans l’avion). Et là, commence la visite approfondie des douanes canadiennes.

Effectivement, la majorité des autres passagers ont le droit de récupérer directement leur affaires. Nous, nous avons le droit d’aller visiter les bureaux de l’immigration (quelle chance !), où nous avons même droit à un petit entretien personnalisé chacun après avoir attendu une bonne demi-heure, 3/4 d’heure !

Après ça, nous récupérons toutes nos affaires…

DSC08587

Pratiques les 4 chariots pesant une tonne à deux !

3h plus tard, nous apercevons enfin la sortie (dernier couloir, avec le logo sortie au fond), et ben non ! madame la douanière nous fait emprunter un petit couloir réservé aux VIP ;).

Il faut que nous allions dédouaner le gros… Honnêtement, j’ai pas bien compris le concept pour le coup mais bon, encore un moyen de nous prendre 30€.

Enfin dehors, nous trouvons un taxi et nous rendons chez Nathalie, notre hôte Warmshowers, qui accepte de nous héberger jusqu’à mercredi (car nous attendons nos remorques pour mardi). Nous passons une soirée bien sympa avec elle et Michelle, une de ses amies. Avec le décalage horaire, nous ne sommes pas très vaillants, et partons au lit assez tôt (22h quand même, donc 4h du mat’ chez nous !).

 

13 avril. 

Le dimanche matin, j’en profite pour déballer et remonter les vélos. Et là, c’est le drame… Les emballages étaient un peu endommagés mais sans plus, mais lors du déballage c’est la catastrophe. Les vélos (surtout le mien) ont vraiment ramassés, je vous laisse juger …

DSC08593 DSC08595 DSC08596 DSC08597 DSC08598 DSC08604 DSC08605

 

 

En vrac, il faut changer :

– 4 garde-boue,

– 2 trains avant complets,

– 2 disques de frein,

– 1 porte-bagage arrière,

– 2 support king pins,

– 1 porte-accessoire.

Avec la main d’oeuvre + l’envoi, le devis s’élève à environ 1200€, sympa non ?

 

Se rajoute à ça un deuxième problème de taille. Nos batteries qui étaient censées voyager avec nos remorques se sont retrouvées bloquées à l’aéroport de Paris.

La compagnie par qui nous sommes passés (Bagages du Monde) nous a assuré pouvoir les transporter en même temps que les remorques (nous avons un devis le confirmant, et c’est d’ailleurs après leur confirmation que nous avons décidé pour de bon d’investir dans les assistances électriques), mais une fois les bagages arrivés à Paris CDG (par camion), ils nous disent que nous transportons des batteries dans les remorques…

What ?

Ben oui, c’est écrit partout ! ça fait juste 15 jours qu’on s’échange des mails à propos de ça, qu’on leur a envoyé le listing détaillé de ce qu’il y a avait dans les remorques, et on a même rempli une attestation officielle comme quoi on transportait des batteries… Mais maintenant ils nous disent que c’est interdit car les batteries sont considérées comme matières dangereuses, du coup ils nous ouvrent les remorques à Paris, et en sortent les batteries avant de les envoyer à Montréal…

Les remorques sont donc quand même expédiées et les batteries restent bloquées jusqu’à ce qu’ils trouvent une solution.

 

Voilà où nous sommes rendus pour le moment… Nous avions imaginés nos premiers jours au Canada un peu différemment !

3 reflexions sur “Départ et arrivée

  1. Patrick et Martine

    Oh lalalalalala !!!! Pffffff !!!! Y’a de quoi devenir violent avec tous ces trous du cul de douaniers et compagnies aériennes de mes deux!!
    on vous souhaite de la patience du courage et de rester zen ça va forcement finir par s’arranger mais bon nous compatissons à vos galères.
    Courage, le meilleur est devant vous !
    Bises

  2. Lolita

    ahh! les joies de l’aventure !!, ça commence fort !! , j’espère que tout va s’arranger rapidement .

    Boyd est arrivé entier lui ? 🙂

    Quant au sujet de la photo ( comité d’accueil ), nous étions juste peinés de vous voir partir snif!!

    Bisous !

  3. Sarah

    Rolalaaaa ces branquignoles !! C’est abusé, vous allez pouvoir faire une réclamation pour les vélos contre la compagnie ou pas??? C’est quand même pas normal on dirait limite qu’ils ont fait exprès ! Courage, le vent va tourner les amis, les paysages à couper le souffle, couchers de soleil et tout et tout vous attendent !!! Gros bisous et bon courage!
    Sarah et Aurelien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.